27 septembre 2020
Comment fonctionne une surcomplémentaire

Le remboursement des frais optiques par une surcomplémentaire

Les frais d’optique figurent parmi les besoins de santé les plus importants que tout homme peut faire face, quel que soit son âge. En effet, toute mutuelle santé de base propose un taux de remboursement sur la consultation et les équipements optiques, mais celui-ci ne couvre pas, parfois, la totalité du restant à charge.

Les avantages de souscrire une surcomplémentaire optique

La surcomplémentaire est un dispositif qui vient en supplément de votre mutuelle optique de base. Cette option est surtout prisée par les salariés titulaires d’une mutuelle d’entreprise obligatoire. En fait, les niveaux de garanties proposés par une telle mutuelle peuvent s’avérer médiocres et ne suffisent pas à couvrir les besoins essentiels. La surcomplémentaire permet donc à ces salariés d’améliorer les besoins spécifiques grâce à un contrat sur-mesure. Mais cela n’empêche pas les autres personnes indépendantes d’en adopter également.

En effet, la surcomplémentaire vous permet de renforcer vos besoins en optique, car elle permet de complémenter le remboursement de la sécurité social et celui de votre mutuelle de base. Vous pouvez par exemple, acheter des lentilles qui ne sont pas remboursées par la Sécu.

Le remboursement des frais optiques par une surcomplémentaire

Comme évoqué ci-dessus, la surcomplémentaire intervient après la sécurité sociale et la mutuelle santé de base. En effet, en fonction du contrat souscrit, vous pouvez faire face à un reste à charge important ou réduit pour vos lunettes et/ou lentilles.

A noter que le pourcentage de prise en charge énoncé dans votre contrat de surcomplémentaire ne se cumule pas avec celui de votre assurance complémentaire. Autrement dit, si vous bénéficiez d’un taux de remboursement de 200 % auprès de votre mutuelle et 300 % auprès de votre surcomplémentaire, cette dernière ne remboursera que 100 % de la BRSS.

Il en est de même si la prise en charge est exprimée en forfait et non en pourcentage. Vous devez également savoir que les remboursements ne pourront jamais excéder votre dépense réelle.

Quels sont les inconvénients d’une surcomplémentaire ?

Il n’est possible de lier qu’un seul contrat de mutuelle aux services de l’Assurance maladie. Ce qui veut dire qu’une fois que vous avez reçu les versements de votre CPAM et de votre mutuelle, vous devez transmettre vous-même la demande de remboursement à votre surcomplémentaire, généralement par courrier. Vous devez y indiquer le décompte des montants déjà remboursés. C’est donc une démarche supplémentaire, qui peut être chronophage. Si vous êtes allergique aux démarches administratives, vous risquez de payer pour un contrat que vous n’utilisez donc jamais.

Quelques conseils pour souscrire la meilleure formule de surcomplémentaire

Avant de signer un contrat, demandez-vous d’abord si vous avez vraiment intérêt à vous procurer ce troisième niveau de protection. Si vous n’êtes pas lié à un contrat obligatoire par votre entreprise, il est possible qu’une complémentaire soit suffisante pour répondre à vos besoins : les offres sur le marché sont de plus en plus variées et adaptables (blocs de remboursement modulables, renforts sur certains postes, etc.). À défaut, sachez que l’adhésion à une surcomplémentaire peut être réalisée auprès de l’assureur ou de la mutuelle qui vous fournit déjà votre complémentaire santé, ou auprès d’un organisme tiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *