27 septembre 2020
Causes et traitements de la misophonie

Causes et traitements de la misophonie

Les causes de la misophonie établies jusqu’à maintenant ne sont que des hypothèses. Elles peuvent être d’ordre purement neurologique, car pouvant s’agir d’une dysfonction au niveau du cortex insulaire ou d’une perception avec intensité accrue des sons par les neurones, ou d’ordre psychologique. Certains thérapeutes spécialisés se disent être capables d’y apporter une solution. Ils appliquent des méthodes psychothérapeutiques, mais rien n’est encore officiel.

Les causes de la misophonie

Jusqu’à maintenant, la misophonie n’a encore aucune cause officiellement établie. Certains spécialistes se disent pourtant disposer de plus d’informations sur cette haine du son. Ils ont, par exemple, constaté que la plupart des victimes du trouble obsession-compulsif, ou TOC, sont atteintes de la misophonie.

Des cas plus fréquents de la misophonie se présentent également chez les personnes souffrant du syndrome de Gilles de la Tourette. Ce dernier est un trouble neurologique caractérisé par des tics moteurs et vocaux. Il se développe depuis l’enfance et peut être héréditaire.

Les sujets souffrant des acouphènes sont aussi favorables au développement de la misophonie. C’est une dysfonction de l’audition dans laquelle les sons entendus se transforment en bourdonnement. Enfin, les troubles anxieux sont aussi susceptibles de favoriser la haine du son.

Traitement de la misophonie avec une thérapie d’habituation

Parmi les solutions proposées pour traiter la haine du son, la thérapie de groupe en est la plus sûre. Elle présente un avantage particulier à savoir la possibilité de gérer mentalement les personnes qui souffrent de la misophonie. Le but est d’aider les patients à s’habituer aux bruits détestés. Cette démarche se base sur la gestion des réactions et la transformation des sons déclencheurs en sons normaux.

Il s’agit d’une solution particulièrement efficace, car elle rime avec une attitude naturelle des misophones. En effet, certains patients font face astucieusement à leur situation. Ils ne s’écartent pas de la société, mais s’efforcent de se sentir mieux en écoutant de la musique avec un écouteur ou en portant des bouchons d’oreilles. C’est pour se protéger des sons insupportables.

Quant aux patients qui sont tentés de se désocialiser ou s’isoler pour éviter les bruits insupportables, ils ont besoin d’un accompagnement particulier. Associer les sons détestés avec des sons aimés constitue, par exemple, une solution qui peut les aider. Le but est de changer l’association négative avec les bruits dérangeants en association positive.

D’autres types de traitements qui peuvent être efficaces

Le Counseling est une autre technique d’accompagnement, à effectuer avec les membres de famille pour inciter le patient à parler franchement de ce qu’il ressent. Cette ouverture présente deux avantages : facilité du diagnostic et possibilité de mettre au point une solution adaptée. Elle permet aussi au misophone de se sentir soutenu, un point important dans un accompagnement psychologique.

Il y a aussi la méthode Neurofeedback, plus technique que les autres modes de traitement. Elle consiste à étudier l’activité des ondes cérébrales. Celle-ci est qualifiée de normale à un certain niveau. Étant excessive ou insuffisante, elle peut causer la misophonie, selon l’avis des chercheurs. En effet, pour y remédier, il faut la remettre au niveau normal, d’où l’application du Neurofeedback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *